CULTURE MAG 17

VOUS DEVRIEZ

PARTEZ À LA RECHERCHE D’UNE PAUSE CULTURELLE, D’UN MOMENT D’ÉVASION AU SENS LE PLUS STRICT DU TERME, HISTOIRE DE PROLONGER CE BIEN-ÊTRE...

.

ECOUTER

emilie simon

Ce titre a quelque chose d’addictif. Chambre 162 d’Émilie Simon vous emmène à l'hôtel et vous offre l’occasion d’un voyage à l’intérieur de vous-même comme jamais...

Émilie Simon, qui revient sur le devant de la scène avec un nouveau titre 162, nous prouve que l’évasion commence dès les premières notes. Isolée dans son studio au printemps, elle s’est laissée porter par l’inspiration et a imaginé un nouveau projet : Mars on Earth, 2020. Elle l’a écrit, composé, réalisé et produit seule pendant les premières semaines du confinement. Ce projet n’avait pas de limite connue et 4 nouveaux titres sont déjà sortis sur les plateformes musicales depuis avril 2020. Après avoir sorti des versions bossa-nova, Emilie Simon lance déjà un nouveau single. Un morceau qu’elle a composé, enregistré, réalisé et clipsé alors qu’elle était confinée dans une chambre d’hôtel : Chambre 162.

Émilie Simon est auteure, compositrice, interprète, réalisatrice et productrice. Après des études de musicologie et un premier album éponyme sorti en 2003, elle mêle projets personnels et bandes originales de films. Elle compose notamment la musique du documentaire de Luc Jacquet La Marche de l’empereur ainsi que celle du film La Délicatesse de Stéphane et David Foenkinos, extrait de son album Franky Knight. En 2006, elle sort Végétal, album aux sonorités organiques et aquatiques. Le succès de cet opus marque le début d’un succès international. Émilie Simon vit entre les États-Unis et la France et enregistre en 2008 The Big Machine à New-York. En 2020, elle collabore avec John Turturro sur la bande originale du film The Jesus Rolls et sort le single Always Now, accompagné d’un clip dans lequel apparaît le réalisateur. Récompensée trois fois aux Victoires de la Musique, elle est également nommée aux César en 2005 pour la bande originale de La Marche de l’empereur. Elle se produit dans le monde entier.

 

 

VOIR

pierres précieuses1

Une exposition du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris en partenariat avec Van Cleef & Arpels à partir du 16 septembre 2020 jusqu'au 14 juin 2021 dans la Grande Galerie de l’évolution...

Quoi de mieux que l’expression de la féminité dans un numéro consacré au féminisme ? L’exposition Pierres Précieuses propose au public un parcours immersif, mettant en regard quelque 360 minéraux, gemmes et objets d’art issus de la prestigieuse collection du Muséum et plus de 250 créations joaillières puisées dans la collection patrimoniale de la Maison Van Cleef & Arpels. Ce dialogue continu et le lien entre minéral, gemme et bijou structurent le riche contenu de l’exposition, permettant aux visiteurs de plonger dans l’histoire de la Terre, les processus de formation des minéraux et les dernières avancées scientifiques, mais aussi de s’émerveiller devant les plus belles créations minérales issues de la nature et de la main de l’Homme. Pierres précieuses embrasse l’histoire plurimillénaire des minéraux tout en révélant l’adresse que l’Homme déploie, depuis des siècles, pour servir leur éclat. Cette approche — tant scientifique qu’esthétique — plonge aux origines de la Terre, s’appuie sur les récentes découvertes minéralogiques et souligne l’intérêt, la passion voire la fascination que minéraux, gemmes et bijoux suscitent depuis toujours dans la plupart des civilisations.

Tarif plein : 12€ | Tarif réduit : 9€

Où ? A la Grande Galerie de l’Évolution, Jardin des Plantes, 36, rue Geoffroy Saint-Hilaire, Paris 5e.

LIRE

louis vuitton livre

Le beau livre Villes du monde réunit les photographies du collectif Tendance Floue pour le city guide Louis Vuitton. Depuis 2012, quatorze photographes ont sillonné trente métropoles au gré de cinquante‑cinq voyages et réuni près de quatre mille images qui tracent les contours d’une ville contemporaine archétypale.

Paris, Shanghai, New York, Tokyo, Rome... En trente villes et neuf atmosphères, les deux cent vingt-cinq photographies du collectif Tendance Floue réunies dans cet ouvrage dépassent leur objet et dessinent, au-delà de chaque écriture singulière, une ville globale, une ville-monde dans laquelle le lecteur est convié à un voyage fulgurant, mystérieux et stimulant, à une déambulation sensible et poétique. Ce portrait-robot met à nu l’énergie dégagée par l’exploration en profondeur de ces espaces. Cette proposition, forcément parcellaire, subjective et en devenir, ne juge pas, ne donne aucune réponse, mais construit un sens. Le puzzle ainsi reconstitué raconte avec force la ville contemporaine tout en débusquant des singularités persistantes qui n’appartiennent qu’aux citoyens et rappellent que si chaque ville parvient à rester unique, elle le doit d’abord à ses habitants. Tendance Floue s’élance avec finesse à la poursuite d’une silhouette en mouvement perpétuel : celle de l’espace public urbain. Initiée par Louis Vuitton pour la collection City Guide, cette collaboration au long cours s’inscrit dans une histoire de la commande photographique publique et privée, et plus largement dans l’histoire de la photographie. Dans son ouverture, l’écrivain et commissaire d’exposition David Chandler souligne à quel point les images du collectif de photographes entrent en résonance avec les utopies littéraires, et notamment Les Villes invisibles d’Italo Calvino. Muriel Enjalran, critique d’art et directrice du Centre régional de la photographie Hauts-de-France, décrypte quant à elle cette iconographie urbaine à l’aune de la commande photographique, des épopées du début du siècle dernier aux révolutions formelles apportées par les plus grands photographes de mode.

 

 

 

Un petit mot à ajouter ?

×

On a besoin de vous !

popup magazine