VOYAGE de LUXE

Sur la route du thé au Sri Lanka

La plupart des gens ne connaissent pas le Sri Lanka. Bien sûr, le Sri Lanka n’est pas une destination de lune de miel habituelle. Comme Bora Bora, mais en toute honnêteté, peu importe ! Perdue dans l'océan indien, l'île du Sri Lanka offre des paysages magiques, des plages tropicales paradisiaques, une faune incroyable, des ruines antiques, des campagnes verdoyantes, une culture et une histoire passionnantes. La destination n'est pas encore trop touristique, et du riz et du curry, des trémies d'œufs, des fruits tropicaux... Mais elle est réputée dans le monde entier pour son thé ! Découvrez nos moments forts à Colombo, la capitale du Sri Lanka et à Galle, un ancien fort néerlandais préservé dans le sud du pays.

Par Christel Caulet

juillet, 2021

Un petit goût de reviens-y !

L'homme au gilet jaunâtre aspira bruyamment sa tasse de thé, descendit brièvement dans une méditation renfrognée, cracha le contenu dans un évier puis lâcha un torrent d'adjectifs pour décrire son expérience, faisant rouler somptueusement ses "r" en cours de route : " Aucun goût étranger, très rafraîchissant, robuste, des tanins forts, une sensation de picotement au bout de la langue ". Puis vient mon tour. Je sirotai aussi une gorgée et hochai gravement la tête,  en pensant : "D’accord, mais c’est toujours du thé." Certes, c'était un excellent thé, cultivé juste à l'extérieur de l'usine de transformation de Norwood Estate où nous nous tenions, entourés de machines vrombissant et d'immenses sacs remplis de feuilles de thé en vrac.

Ici, près de la ville de Hatton, dans la charmante contrée montagneuse du Sri Lanka, certains des meilleurs thés du monde sont cultivés à une altitude de plus de 1200 mètres d'altitude. Et comme Andrew Taylor, le planteur résident de Norwood vêtu d'un gilet et originaire du Sri Lanka, l'avait clairement indiqué, tout ce qui concernait cette boisson exigeait une exactitude martiale, des petites femmes qui effectuaient une cueillettes, attrapaient soigneusement les feuilles pour les passer 170 minutes à la machine à oxyder, aux 21 minutes de séchage sur de longs plateaux. Sans oublier les six  dernières minutes où M. Taylor m'avait gaiement conseillée de consommer ma boisson après son infusion : "Alors apportez votre chronomètre, ha ! " Néanmoins, j'ai avoué que j'avais d'autres préférences liquides. Sur quoi, on m'a rapidement rétorqué que « le café n'avait presque aucun effet médicinal », se moqua un planteur. Un régime de quatre tasses de thé par jour, par contre, m'indemniserait contre l'indigestion, les maladies cardiaques et les dysfonctionnements généraux. "Les bienfaits du thé sont nombreux." Que ce soit du thé noir, thé vert, du thé vert bio... Un Earl Grey pour me mettre dans l'ambiance de ces thés et infusions. J'ai alors demandé à M. Taylor combien de tasses il consommait quotidiennement. Il rayonna et répondit : « Cinq à six. » Puis il était temps de boire du thé, de grands crus parfumés, la théière laissant dessiner un halo de vapeur chaude.  Dans un moment intimidant, il  m'ordonna de faire infuser mon sachet de thé dont s'échappaient déjà des arômes subtils. Je me pliais aux règles, sage et disciplinée. Le breuvage était parfumé, plein de goûts multiples, délicat même. Face à moi, il attrapa une feuille de menthe qu'il jeta machinalement dans sa tasse. "Cela apporte de la fraîcheur et de la légèreté", lâcha-t-il dans un sourire.

Kandy - srilanka

Lors de notre dernière nuit au Sri Lanka, nous nous sommes fait livrés des crabes sri-lankais au Ministry of Crab. Un must pour tous les visiteurs !

thé sri lanka tôt le matin

Le Sri Lanka ressemble à un chagrin ensoleillé, un pays insulaire très accueillant en Asie du Sud. Mais qui tente d'oublier les stigmates d'une guerre ethnique qui ont pris fin en mai 2009. Lorsque le gouvernement cinghalais a mis en déroute les Tigres tamouls dans une démonstration brutale d'une force écrasante. Pas moins de 100 000 Sri Lankais sont morts en cours de route. 38 000 autres ont été tués lorsque le tsunami de 2004 a pulvérisé sa côte est. Bizarrement, il est tout à fait possible de visiter le pays anciennement connu sous le nom de Ceylan, dans un état d'ignorance bienheureuse, de lorgner ses éléphants et léopards errant dans les parcs nationaux, ou de languir sur les nombreuses stations balnéaires de la côte de Galle et Batticaloa.

Le pays des collines qui s'étend sur la partie sud de l'île, présente un côté authentique du Sri Lanka, qui peut être visité sans éprouver une once de culpabilité. Bien que largement intacts après une longue guerre, les racines du conflit restent là pour être découverts et médités. Dans le même temps, la région ressemble à son propre pays, comme elle l'était essentiellement lorsque le royaume bouddhiste de Kandy dominait les collines il y a cinq siècles. Il est visiblement plus frais, plus haut et plus vert qu'ailleurs sur l'île, avec les terrasses omniprésentes de théiers parfaitement taillés comme principes d'organisation esthétiques et économiques. Aujourd'hui, le Sri Lanka est le quatrième producteur mondial de thé : La majeure partie, ainsi que l’excellente cannelle de la nation insulaire, proviennent de ces collines.

 

en bus sri lanka

Découverte de la culture du thé

Les noms des plantations - Strathdon, Shannon, Kenilworth - aux sonorités anglo-saxons démontrent la main-mise britannique sur l'ancienne colonie. D'ailleurs, de nombreux travailleurs de terrain sont aujourd'hui les descendants des «Tamouls des plantations», transportés par bateau depuis le sud de l'Inde pour cueillir les premières feuilles de thé cultivées dans les années 1860. Peu de temps après que les Britanniques aient accordé à Ceylan son indépendance en 1948, le nouveau gouvernement cinghalais a dépouillé les Tamouls indiens de leurs droits de vote, déclenchant des griefs ethniques qui finiraient par conduire à la guerre.

Sillonner dans les collines en train peut être une expérience séduisante, mais aussi très longue, car les trains se déplacent lentement à travers le pays accidenté et vallonné, et circulent rarement tout au long de la journée. J'ai plutôt opté pour une camionnette avec un chauffeur cinghalais joyeux nommé W. S. Yapa. Les routes du Sri Lanka sont invariablement à deux voies, mais bien pavées et sûres. Et les meilleurs hôtels du pays offrent généralement un hébergement aux conducteurs touristiques à un prix symbolique ou gratuit. Sur les trois heures de route de la capitale, Colombo, à Kandy, M. Yapa s'est arrêté deux fois pour que je puisse visiter des stands en bord de route vendant de délicieuses noix de cajou et du maïs bouilli cultivés localement en épi.

enfant kandy sri lanka
train sri lanka

Au temple sacré bouddhiste de la dent à Kandy

Kandy se trouve dans une vallée à côté d'un lac placide qui a été commandé par le dernier empereur cinghalais de la région. Comme la plupart des villes sri-lankaises, Kandy, qui compte 109 000 habitants, a plutôt une atmosphère paisible de village, autrefois, petit qui a évolué au fil des générations pour s'urbaniser de manière bâclée. J'ai donc tué quelques heures à ramasser des poivrons séchés et de la cannelle au marché local et à me promener dans les salons de thé - mais en réalité, on vient à Kandy pour trois raisons principales.

La première consiste à visiter les jardins botaniques royaux, en face de l'université à environ quelques kilomètres de la ville. En outre, les deux autres attractions de Kandy valent facilement le détour. Le premier est le célèbre temple sacré bouddhiste de la dent, en plein centre-ville. Tout en payant 1000 roupies (environ 8 $ à 125 roupies pour un dollar) pour l'admission, j'ai remarqué que l'agent de sécurité informait une touriste que sa robe ne couvrait pas ses genoux. Sans être dérangée, la femme s'est dirigée vers un vendeur de vêtements à proximité et, pour environ 25 cents, a loué un paréo, l'a enroulé autour de sa taille et a franchi les barrières de sécurité. J'ai glissé mes chaussures, suis entrée par le poste de sécurité et me suis retrouvée dans la ville où tout est soudainement silencieux et ordonné. Le somptueux temple de marbre contient deux grands sanctuaires, ainsi qu'une série de peintures qui commémorent l'odyssée de la dent du Bouddha d'un endroit à l'autre jusqu'à la fin du XVIe siècle, quand il est enfin arrivé à Kandy et est actuellement enseveli dans un petit cercueil en or. A l'étage des sanctuaires, se trouve un petit musée avec de l'encens, des bijoux et d'autres reliques de l'époque impériale.

Un étage plus haut était un mémorial d'un autre type : Une exposition de photographies représentant le mur du temple en état de semi-démolition, résultat de l'explosion de la bombe de 1998 attribuée aux Tigres tamouls qui ont tué 11 personnes. Du temple, je me suis promenée à quelques centaines de mètres dans l'Association d'art et centre culturel de Kandyan au moment même où une représentation d'une heure de danseurs traditionnels et de cracheurs de feu commençait. Les regarder sauter sur ce lit de braises ardentes m'a rappelée que j'avais besoin de récupérer mes chaussures. Ce que j'ai fait, j'ai appelé M. Yapa sur mon téléphone portable et ensemble nous avons conduit du temple dans les collines au-dessus de la ville, où je devais passer une soirée à Helga’s Folly.

Comme l’attestent les photographies sur les murs, vieilles de 70 ans, on retrouvait les nombreux invités de la Folly : Mahatma Gandhi, Nehru, Sir Laurence Olivier, Gregory Peck et Vivien Leigh. La suite dans laquelle j'ai séjourné ressemblait à un grand album de famille dramatiquement éclairé. Un panneau m'a avertie de garder les fenêtres fermées afin que les singes ne fassent pas une descente dans la cuisine. En regardant, je pouvais voir quelques-uns d'entre eux filer de la cime des arbres. Puis une femme aux cheveux roux et à la peau pâle dans une robe en velours et des lunettes de soleil surdimensionnées est apparue dans l'escalier. C'était la propriétaire, Helga Perera. Elle a demandé si elle pouvait se joindre à moi et a ensuite dit à mon serveur de m'apporter son dessert préféré et un thé de qualité pour clore ce repas de chef. "Le précieux breuvage ne se boit pas en fin de repas normalement. C'est très européen, ce geste-là." Je me sentais ridicule.

Lorsque j’ai demandé de quelle région elle était originaire, Mme Perera a dit qu’elle était née et avait grandi à Kandy, fille d’un éminent politicien sri-lankais et mère active sur la scène artistique du Bauhaus à Berlin. Au cours des dernières décennies, elle avait vécu dans les quartiers privés à l'étage avec son troisième mari, un ancien planteur de thé local. Mme Perera a déclaré que sa mère avait conçu cette structure comme leur maison familiale, comme « une sorte de collectif d'artistes du Bauhaus , et qu'à ce jour, des amis artistes restaient à son hôtel pour poursuivre leurs inspirations. J'ai quitté l'hôtel le lendemain matin.

Le trajet de plusieurs kilomètres vers la ville de Hatton nous a pris deux heures et demie. Les collines étaient tropicales et des peuplements de fruits entouraient l'autoroute à deux voies A-7, qui avait peu de trafic au-delà des chiens sauvages omniprésents et des tuk-tuks. Alors que nous continuions à grimper, au-delà de 1200 mètres d'altitude, les panoramas se sont ouverts pour révéler de majestueuses cascades et terrasse après terrasse de théiers verts dont certains affichaient déjà leurs premiers bourgeons. Nous avons traversé la ruche comprimée de Hatton, passé le lac Castlereagh et pénétré au cœur du pays des plantations de thé, un monde d'escaliers verdoyants occupés par des ouvriers avec de lourds sacs sur les épaules.

Le thé a été introduit pour la première fois par les Britanniques et n'avait jamais été cultivé dans le pays. En 1860, le Sri Lanka était l'un des plus grands producteurs de café au monde. Les plantations de café ont finalement été remplacées par du thé après qu'une maladie fongique a anéanti les plants de café dans le pays.

J'étais arrivée à Tientsin construit en 1888. Je me suis alors installée dans l'un des quatre bungalows exploités dans la région de Hatton par Ceylon Tea Trails, le premier complexe Relais & Châteaux du Sri Lanka. Peu de temps après avoir été conduite dans ma chambre coloniale aux hauts plafonds (l'une des six chambres du bungalow), le chef a frappé à ma porte. Il a décrit le déjeuner à trois plats et le dîner à quatre plats qu'il avait en tête pour que j'en sois sûre. Je lui ai alors rappelée que je n'avais aucun souci diététique. Je me suis assise sur le patio donnant sur les terrasses et j'ai apprécié un repas presque parfait composé de soupe de carottes et de coriandre, de pain frais, de thon grillé à l'estragon et de croustillant aux pommes. J'étais sur le point de commander du thé lorsque le directeur m'a informé que ce ne serait pas nécessaire : J'avais un rendez-vous dans 15 minutes à l'usine de thé Norwood voisine avec leur planteur en résidence.

Deux heures après ma dégustation de thé, je suis allée faire une promenade dans la plantation de thé jouxtant Tientsin. Le long des routes étroites, les seuls autres piétons étaient des femmes portant des feuilles fraîchement cueillies dans de grands sacs ou des paquets de branches de théier qui les utilisent comme bois de chauffage chez elles. Les planteurs britanniques avaient depuis longtemps quitté les collines. Cependant, un air colonial imprègne la région. Les ouvrières m'ont accueillie chaleureusement et ont bavardé entre elles pendant qu'elles, avec leurs bras, marchaient vers le soleil couchant, même si je n'étais pas dupe, leur gagne-pain à 4 $ par jour semblait particulièrement heureux.

J'avançais en traversant une mer de feuilles, devant les résidences diffusant de la musique locale et des séries de Bollywood. Derrière moi, niché dans les collines, il y avait un seul bâtiment lumineux, le bungalow Tientsin. M. Yapa est venu me chercher le lendemain matin à 7h30. Les trois heures et demie de route le long de l'A-5 jusqu'à Ella étaient encore plus absurdement belles avec ces montagnes veloutées, les puissantes chutes d'eau Devon, le lac Gregory scintillant, le temple de Rama Sita au bord de la route sauvagement baroque - que le voyage de la veille. Et une surprise encore plus douce était Ella elle-même, la seule ville que je recommanderais sans hésiter comme destination. Attention: Je n'ai pas eu le temps de visiter la ville très touristique de Nuwara Eliya avec ses potagers et ses beaux bâtiments coloniaux.

Ella possède une douceur agréable, les plantations de thé et les nobles bouleaux partagent le paysage avec une foule de restaurants délabrés et de chambres d'hôtes. À quelques kilomètres de la ville, nous sommes arrivés au Secret Ella, un complexe élégant qui n'avait ouvert que deux mois plus tôt. Le concierge m'a montrée ma chambre en bois et béton brillant et m'a présentée un téléphone portable avec lequel je pouvais l'appeler à tout moment. Même s'il faisait froid, je n'ai pas pu résister à la vue imprenable depuis la terrasse de la salle à manger, où l'on m'a présentée suffisamment de nourriture - salade de fruits, soupe aux champignons sauvages, poisson au curry -. J'ai fait ce que je pouvais avant d'errer sur la route de la grande sœur du Secret Ella, le charmant 98 Acres Resort, avec sa piscine apparemment hissée par les terrasses de thé. J'ai pris un verre au bar et j'ai continué ma balade en descendant vers Ella. Je me suis assis là pendant environ une heure, à regarder la pluie se dissiper pendant que les anciennes propriétés de la boisson locale travaillaient leur magie sur moi. Fraîchement imprégné et un peu sec, je suis retournée en montée.

 

femme thé sri lanka
train sri lanka 2

Infos pratiques du Sri Lanka

La cuisine locale dans le pays des collines est similaire à la cuisine indienne, bien que souvent plus épicée (en particulier dans les restaurants avec des chefs tamouls). Les plats sri-lankais, asiatiques et européens sont généralement de qualité particulièrement élevée dans les hôtels les plus réputés de la région.

 

 

Quand partir ?
Comment aller au Sri lanka
Une destination pas chère
La sécurité au Sri Lanka
Le décalage horaire au Sri Lanka
La situation sanitaire au Sri Lanka
Les langues parlées au Sri Lanka
Nos hôtels préférés au Sri Lanka
Jet-lag vous recommande

Quand partir au Sri Lanka ? 

Avec son climat tropical annuel, c'est de janvier à avril que sera la meilleure période pour aller visiter le Sri Lanka. Sur les côtes de l'île paradisiaque, il fait chaud et la température reste élevée  même la nuit. Par conséquent, pensez à dormir dans une chambre climatisée de préférence. De avril à juillet, vous aurez une mousson qui arrose particulièrement. En revanche dès que vous allez dans les montagnes, les nuits sont plus fraîches.

Comment  aller au Sri Lanka ?

Il n'existe pas de vols directs depuis Paris. Par conséquent, il vous faudra faire une escale avec les compagnies du Golfe (Emirates Airlines, Oman Airlines, Qatar Airways) depuis la France.Comptez environ heures de trajet pour rejoindre Colombo. Étudiez bien à l'avance les heures de retour ou d'arrivées car elles ne tombent pas toujours très bien.

Destination chère ou pas ?
Comptez autour des 1500 euros pour un circuit en groupe pour 13 jours. Vous trouverez également des des possibilités dans un hôtel 3 étoiles autour de 900 euros.

 

Est-ce une destination sûre ?
Aucune sensation d'être en danger particulier. La sécurité est garantie dans n’importe quel endroit où vous allez.

 

 

Quel est le décalage horaire avec le Sri Lanka ?

Décalage horaire avec Paris : 3h 30m d'avance. Lorsqu'il est midi à Paris, il est déjà 15:30 à Colombo.

 

La situation sanitaire au Sri Lanka

Le Sri Lanka qui avait rouvert ses frontières il y a quelques semaines vient de les refermer temporairement. Ainsi, le Sri Lanka interdit toute entrée de voyageurs sur son territoire.  Le Sri Lanka pourrait lever les contraintes de voyages pour les voyageurs vaccinés ayant reçu les deux doses de vaccin. Après un test PCR à l'arrivée, ces touristes pourraient voyager librement dans le pays. Une information qui doit être encore officialisée...

Les langues parlées au Sri Lanka !

Le cinghalais et le tamoul sont les deux langues officiels du Sri Lanka. Le cinghalais est majoritairement parlé dans le Sud, à l’Ouest et dans le centre du pays alors que le tamoul est exclusivement parlé dans le Nord et l’Est de l’ile. Mais si vous souhaitez venir au Sri Lanka, ne vous en faites pas puisque la majorité des Sri lankais peuvent tenir une conversation en anglais. Les Sri lankais apprennent l’anglais en tant que deuxième langue dès l’école primaire. L’anglais sri lankais est essentiellement l’anglais britannique avec quelques expressions locales. L’anglais sri lankais peut ne pas être parfaitement compris par un anglophone à cause de l’accent et de certains mots empruntés de la langue locale.

Nos hôtels préférés au Sri Lanka :

Helga’s Folly (32 Frederick E. de Silva Mawatha, Kandy, 94-81-223-4571, helgasfolly.com) : Un délicieux univers alternatif au Sri Lanka, façonné par un indigène excentrique. Luxueux à sa manière, avec de délicieux dîners. Chambres pour deux à partir de 200 $.

Ceylon Tea Trails (quatre emplacements entre Castlereigh et Hatton, 94-11-774-5700, resplendentceylon.com) : De beaux et spacieux bungalows Relais & Châteaux éparpillés dans l'intérieur feutré et en haute altitude du pays du thé. Avec un service et une cuisine exceptionnels, le bungalow Tientsin avec son magnifique jardin britannique constitue une destination à part entière. Le tarif tout compris pour une chambre simple commence à 437 $.

The Secret Ella (Passara Road, Ella, 94-57-222-6333, thesecrethotels.com) : Un nouvel ajout élégant aux nombreux hôtels (et pour la plupart délabrés) d'Ella, situés à environ un mile de la ville et accueillant les couples et les familles. Excellente cuisine locale servie sur une terrasse pittoresque. Le tarif de la chambre seule pour deux commence à 180 $.

L'hôtel Shangri-là ( 2, 1 Colombo - Galle - Hambantota - Wellawaya Hwy, Colombo 00200, Sri Lanka, +94 117 888 288,  shangri-la.com/en/colombo/shangrila/) Avec sa tour d'une trentaine d'étages surplombant l'océan, cet hôtel est la nouvelle adresse chic de Colombo. Au total, 541 chambres vous permettront de choisir. Bien sûr, vous y trouverez des restaurants, un spa, un bar lounge.

Le coup de cœur de la rédaction : Faire une croisière sur la Walawe River.

Glisser sur l'eau en douceur avec la Walawe river avec l'hôtel Shangri-la. Entre rives sauvages et forêts verdoyantes... Ce sera l'occasion de découvrir une faune et flore magique. Imaginez un peu les miaulements des paons, disséminés un peu partout. Le lieu mérite une belle découverte.

Un petit mot à ajouter ?

×

Ne ratez pas un passage avec tous les bagages à main essentiels, l'équipement technologique, les produits de beauté au format voyage et les bagages qui feront de vous un voyageur encore meilleur, livrés chaque semaine dans votre boîte de réception !

popup magazine